Tu textes. Ou tu conduis. Choisis!


 

Chaque fois que l’on prend la route, il n’est pas rare de croiser un automobiliste le nez dans son téléphone ou même d’avoir soi-même l’envie de répondre à nos messages, malgré des conséquences réelles.

Jusqu’à la mi-juin, la Régie intermunicipale de police Richelieu-Saint-Laurent participe à la campagne provinciale de sensibilisation contre les textos au volant visant les jeunes conducteurs.

« Les gens minimisent le risque du cellulaire au volant, mais c’est comparable à la conduite avec les facultés affaiblies par l’alcool en ce qui concerne le temps de réaction et le risque de collision, à plus faible durée, souligne le sergent Pierre Tremblay. Mieux vaut mettre son appareil hors de portée lorsqu’on conduit. »

Au Québec, la distraction au volant est en cause dans la moitié des accidents avec dommages corporels. Les jeunes de 18 à 24 ans ont des comportements plus imprudents en ce qui a trait à l’utilisation du téléphone cellulaire au volant :

39 % des conducteurs de 18 à 24 ans usagers d’un téléphone cellulaire avouent qu’il leur arrive de texter au volant, comparativement à 23 % pour les conducteurs de tous âges;

24 % des conducteurs de 18 à 24 ans usagers d’un téléphone cellulaire disent qu’il leur est arrivé de prendre une photo ou un égoportrait en conduisant, alors que cette proportion est de 9 % pour l’ensemble des conducteurs.

Lorsqu’un jeune conducteur est impliqué dans un accident avec dommages corporels, il y a en moyenne un plus grand nombre de victimes.

Texter en conduisant augmente le risque d'accident, puisque le conducteur quitte la route des yeux de 4 à 6 secondes. À une vitesse de 90 km/h, c'est comme traverser un terrain de football les yeux fermés.

Vidéo de la campagne : https://www.youtube.com/watch?v=9Sc8BHJcAxs

Source : Régie intermunicipale de police Richelieu-Saint-Laurent


< RETOUR

Abonnez-vous
à notre infolettre
Ville de Carignan 2018 © Tous droits réservés / Propulsé par creaWEB4 - Création site Web - iClic.com