Un peu d'histoire...

La municipalité de la paroisse Saint-Joseph-de-Chambly (1855) adopte le nom de Carignan en 1965

L'histoire de Carignan débute il y a 350 ans, en 1665, année qui marque le début de la colonisation de la région.

En 1642, Thomas-François de Savoie, prince de Carignan, lève un régiment. Vers 1659, le régiment du prince et celui du colonel Henri Chastelard de Salières forment un même corps qui prend le nom de régiment Carignan-Salières.

En juin 1665, le régiment débarque à Québec. Son arrivée en Nouvelle-France représente un chapitre marquant de l’histoire du Québec. En effet, de 1665 à 1667, les soldats ont sécurisé les possessions françaises en Amérique du Nord en construisant des forts et en menant des expéditions militaires qui ont permis la conclusion de la paix avec les diverses nations de la Confédération iroquoise. Cette paix a mis fin aux relations tendues qui compromettaient le développement de la Nouvelle-France, notamment celui de Montréal.

ECarignann 1665, les soldats du régiment Carignan-Salières érigent un premier fort de pieux appelé fort Saint-Louis aux pieds des rapides du bassin de Chambly. La construction du fort Sainte-Thérèse se termine quant à elle le 15 octobre 1665, jour marquant la fête liturgique de Sainte-Thérèse. Par la même occasion, les soldats du régiment Carignan-Salières ouvrent un chemin entre le fort et la future île de Montréal. Le chemin de Chambly, nommée aujourd’hui la route 112, devient la première route du Canada.

Près de 400 soldats ont choisi de s’établir au pays après la démobilisation du régiment, contribuant ainsi de manière considérable à l’expansion de la colonie. Dans les années qui ont suivi leur établissement, plus de 280 d’entre eux se sont mariés, notamment avec des Filles du roi. Ces soldats ont laissé leur nom à plus d’une vingtaine de villes et villages du Québec, comme Chambly, Varennes ou encore Berthier. De nos jours, nombre de leurs descendants vivent au Québec et en Amérique du Nord.

Territoire

Le territoire situé autour du bassin porte le nom de Chambly jusqu'au milieu du XIXe siècle. En 1855, la partie rurale du territoire prend le nom de municipalité de la paroisse Saint-Joseph-de-Chambly.

Quelque 105 ans plus tard, de nombreux agriculteurs de la région vendent leur terre durant un holding et plusieurs plans de projets domiciliaires sont envisagés. Ils ne seront toutefois jamais réalisés. Six écoles de rang et une commission scolaire s’installent sur le territoire et la municipalité de la paroisse de Saint-Joseph-de-Chambly demande son statut de « ville ». Les lettres patentes sont accordées à Carignan en 1965.

Aujourd'hui, Carignan compte une population de 8 896 habitants. Cette population urbaine vit dans un milieu rural, ce qui lui confère un caractère tout à fait particulier. Quelques commerçants et industriels, de nombreux professionnels et petits entrepreneurs ainsi que des agriculteurs constituent son tissu social.

Un décor champêtre et patrimonial

Décor patrimonialÀ travers le paysage typiquement rural de Carignan, les îlots résidentiels trouvent leurs places. De nombreuses résidences accrochent le regard par leur architecture et leur valeur patrimoniales ou par une architecture moderne qui s'harmonise en douceur avec la nature.

Le patrimoine bâti est un témoignage de l'histoire carignanoise, voire celle du Québec. On compte plusieurs demeures ancestrales dont certaines datent du Régime français.

La nature est un volet important du patrimoine de Carignan : rivière Richelieu, bassin de Chambly, rivière L'Acadie, chemin Sainte-Thérèse, boisés d’intérêt, etc.

Carignan au 21e siècle


Abonnez-vous
à notre infolettre
Ville de Carignan 2017 © Tous droits réservés / Propulsé par creaWEB4 - Création site Web - iClic.com